Michel LÉVY-PROVENÇAL | De la mort des médias…
Michel LÉVY-PROVENÇAL | De la mort des médias…
Bienvenu sur le site de Michel LEVY-PROVENCAL. Entrepreneur, fondateur de TEDxParis, l'agence éditoriale BRIGHTNESS, le do-tank L'ECHAPPEE VOLEE, l'agence objets connectés Joshfire, le site d'info Rue89, dénicheur de talents et provocateur de changements.
TED, TEDxParis, Rue89, L'ECHAPPEE VOLEE, BRIGHTNESS, TEDx, TEDxFRANCE, TED Paris, TED France, Innovation, Singularity University, internet des objets, objets connectés.
1908
single,single-post,postid-1908,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-5.8,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.4,vc_responsive

De la mort des médias…

28 Sep De la mort des médias…

crédit photo: http://flickr.com/photos/drormiler/

Je vous conseille la lecture de cet excellent papier de Narvic sur Novovision à propos de la fin des medias. Comme souvent chez le monsieur c’est clair et intelligent !

Tout n’a pas une valeur en soi. Souvent la valeur que nous donnons aux produits, aux services, aux idées, même aux personnes… est relative à nos centres d’intérêt, nos besoins, le moment, nos conceptions philosophiques, religieuses et politiques, etc. L’information n’échappe pas à cette logique. […] Les journalistes auraient tort, selon Jeff, de considérer que l’information a une valeur en soi dans une approche « journalist centric », ce qui les empêcherait ce comprendre quelle est « sa valeur d’usage » réelle pour les consommateurs, dans une approche « consumer centric ». Il suggère donc aux journalistes de se décentrer, de sortir d’une approche « centrée sur l’intérêt général », car « la valeur de l’information proposée par les médias est de moins en moins perçue par les consommateurs », pour tenter de proposer une information répondant aux demandes et apportant un service. […]

Restent quatre solutions pour les médias :

• tenter de vendre cette information chère à son prix de revient réel, en tablant sur une prise de conscience du public : c’est le « pari pédagogique » de Mediapart, qui me laisse sceptique.

• faire appel au financement public (étendre le service public radio-télé à la presse écrite et au net) et philanthropique (mécénat et fondations).

• se recentrer sur ce qui est rentable : l’info pratique et de divertissement, en abandonnant le reste, jusqu’à ce que la demande insatisfaite d’info « d’aide à la décision » soit devenue assez forte sur le marché pour faire augmenter son prix et permette d’y revenir. 

• tenter de trouver de nouveaux produits et services complémentaires qui puissent subventionner à nouveau cette information ? Mais lesquels ont une valeur d’usage suffisante pour que les consommateurs soient prêts à la payer ?

Et si il n’y avait plus de "medias"… A lire absolument!

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

wordpress visitor counter