Michel LÉVY-PROVENÇAL | Crise de la presse: des clivages sociaux qui n'ont pas encore de représentation politique?
Michel LÉVY-PROVENÇAL | Crise de la presse: des clivages sociaux qui n'ont pas encore de représentation politique?
Bienvenu sur le site de Michel LEVY-PROVENCAL. Entrepreneur, fondateur de TEDxParis, l'agence éditoriale BRIGHTNESS, le do-tank L'ECHAPPEE VOLEE, l'agence objets connectés Joshfire, le site d'info Rue89, dénicheur de talents et provocateur de changements.
TED, TEDxParis, Rue89, L'ECHAPPEE VOLEE, BRIGHTNESS, TEDx, TEDxFRANCE, TED Paris, TED France, Innovation, Singularity University, internet des objets, objets connectés.
2372
single,single-post,postid-2372,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-5.8,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.4,vc_responsive

Crise de la presse: des clivages sociaux qui n'ont pas encore de représentation politique?

31 Jan Crise de la presse: des clivages sociaux qui n'ont pas encore de représentation politique?

crédit photo: electric works

Et si cette révolution des médias avec laquelle on nous bassine on se gargarise depuis plusieurs années cachait en réalité une autre révolution, latente, plus large, plus passionante… A ce propos je vous invite à lire l’excellent commentaire d’Emmanuel PARODY publié aujourd’hui sur Ecosphere. Je cite:

Internet est l’instrument de la revanche des classes moyennes qui voient s’éloigner les perspectives de progression sociale. C’est le media des cols blancs qui se découvrent en voie de prolétarisation et vont s’allier très naturellement avec les professions intellectuelles de plus en plus marginalisées vis à vis du pouvoir économique. Parmi elles, une grande partie des…journalistes. Ce qui explique que la fracture passe au beau milieu des rédactions et que certains aient besoin de mettre en avant plus que de nécessaire la question d’un contenu devenu “illégitime” (je ne dis pas que cette critique est totalement infondée). En vérité c’est une bataille pour la prise de pouvoir autour des fonctions d’intermédiation. Et comme toute lutte qui se veut révolutionnaire, ceux qui la mènent le font au nom du peuple et de la démocratie pour n’instaurer, au final, qu’un système équivalent mais rénové… pour parvenir à accomplir la révolution numérique au sein de l’industrie de la presse il faut le faire avec l’appui de forces politiques représentatives des aspirations des classes moyennes (pour le moment aucun parti politique ne répond à ce cahier des charges) mais également construire de nouveaux circuits de financement dégagés des influences de l’Etat et de l’industrie traditionnelle.

J’ai déja évoqué ici à plusieurs reprises la création d’un parti de la freeculture, porté par les idéees de Lessig, dont la première action de gouvernement pourrait être la refonte du système de brevets (il s’agit bien là d’une affaire de liberté et de partage… ). C’est dans le cadre de cette réflexion que j’ai aussi lancé la semaine passée une page d’aggrégation de contenu sur le thème de la politique et de la freeculture. Le site est accessible sur http://freelosophy.org

Vous êtes invités à y participer en proposant vos sources d’informations (flux RSS de sites, de blogs, de compte Delicious, Google Reader…) et à me contater pour devenir co-éditeur de la page.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

wordpress visitor counter