Michel LÉVY-PROVENÇAL | Il faut expliquer epsilon et l'infini à Philippe Val…
Michel LÉVY-PROVENÇAL | Il faut expliquer epsilon et l'infini à Philippe Val…
Bienvenu sur le site de Michel LEVY-PROVENCAL. Entrepreneur, fondateur de TEDxParis, l'agence éditoriale BRIGHTNESS, le do-tank L'ECHAPPEE VOLEE, l'agence objets connectés Joshfire, le site d'info Rue89, dénicheur de talents et provocateur de changements.
TED, TEDxParis, Rue89, L'ECHAPPEE VOLEE, BRIGHTNESS, TEDx, TEDxFRANCE, TED Paris, TED France, Innovation, Singularity University, internet des objets, objets connectés.
2390
single,single-post,postid-2390,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-5.8,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.4,vc_responsive

Il faut expliquer epsilon et l'infini à Philippe Val…

24 Mar Il faut expliquer epsilon et l'infini à Philippe Val…

J’aime beaucoup Philippe Val. Je le lis moins depuis quelques années, mais je l’ai longtemps lu. Val est de cette gauche éclairée, progressiste, qui secoue les consciences, déteste les idées reçues et abhorre le politiquement correct. Il l’a prouvé sur un grand nombre de sujets capitaux comme la laïcité, le conflit au Moyen-Orient , les dérives antisémites de l’extrême gauche , les OGM, les intégrismes, l’Europe…

Il y a un sujet pourtant que Val ne comprend pas : c’est Internet ! J’ai eu l’occasion une fois de déjeuner avec le monsieur et d’en discuter. Val déteste Internet, sa culture, ses dérives, sa vitesse, son anonymat (pourtant de moins en moins réel…). Il pense que c’est « le terrain de jeu favori des paranoïaques et des mythomanes ». En réalité Val ne comprend pas Internet et le prouve encore cette semaine dans son édito à propos du projet de loi Hadopi.

Dans son papier Val vilipende l’idée de la Culture de la gratuité. Val est un démocrate, de gauche et un radical. Sur la question de l’argent, il a une position aussi radicale. Il cultive cette idée très lacanienne (probablement une réminiscence soixantehuitarde) que l’argent est un rempart contre la barbarie, un attribut de l’Homme, un « Symbole » qui permet de « gagner du terrain sur la loi de la jungle ». L’argent est un signifiant pouvant équivaloir à un quelconque autre signifiant.

Sur ce point, nous sommes en effet d’accord. L’argent est indispensable à pacifier les relations et les échanges entre les Hommes. Sans l’argent, seul véhicule, seul symbole, seul concept protéiforme capable de transformer (presque) tout en (presque) n’importe quoi nous sommes (encore plus) condamné à la loi du plus fort, du plus violent, du plus fou. Un monde sans argent est un monde sans loi, sans valeur pour les choses et les efforts, c’est un monde barbare.

Val n’a pas compris qu’Internet et la Culture Libre ne sont pas des abolitionnistes de l’argent. Val confond liberté et gratuité, comme le plus radical ignorant de la free-culture. Il est clair que la diffusion de biens culturels doit générer de la valeur – et donc aussi de l’argent – pour les créateurs des biens en question. Mais Val oublie que cette valeur est multiple. Elle peut d’abord prendre la forme d’une reconnaissance immatérielle de la part de la communauté (un succès, une publicité) pour ensuite déboucher sur une reconnaissance financière sonnante et trébuchante. En réalité la free-culture pense la rétribution financière à rebours. Elle considère aussi que la liberté de circulation et d’hybridation des créations est la meilleure façon d’émuler la créativité. Elle a simplement compris les enjeux du nouvel écosystème dans le lequel nous vivons, un monde que la capacité gratuite de copie et de diffusion a rendu infini et qui permet ainsi de distribuer à un prix quasi nul un bien culturel tout en permettant à son créateur de vivre de sa création. C’est mathématique, l’infini multiplié par epsilon n’est pas égal à zéro.

Le diable se loge dans les détails. C’est donc dans cet epsilon qu’il faut aller chercher la solution. Epsilon c’est la publicité, c’est la licence globale, c’est le désir d’aller voir un concert, d’acheter un collector,… Philippe, epsilon c’est peut être aussi ce billet de blog (de pirate) qui contient une copie scanné de ton édito. C’est aussi ces vieux billets qui ont repris de larges extraits de tes anciens papiers et qui t’ont peut-être fait vendre du Charlie, des bouquins et des CDs…

ADDENDUM: Ci joint l’extrait de la réponse de Philippe Val reçu par email:

Merci en tous les cas pour ce texte. Je ne « hais » pas Internet. Je pense qu’à relativement court terme, cela pose des problèmes démocratiques. Mais d’un autre côté, je ne voudrais pas vivre dans un monde sans Internet. C’est à nous de maîtriser cette chose pour laquelle je partage ton enthousiasme, quoi que tu en penses. Mais tes remarques sont intéressantes (…) Les mutations ne me font pas peur. Elles sont pour moi le sens même de la vie. Ce qui me fait peur, c’est au contraire le refus dont elles font l’objet, et l’absence de prise en compte de leurs conséquences.

Philippe Val

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

wordpress visitor counter