Michel LÉVY-PROVENÇAL | L'iPad : régression ou avancée ?
Michel LÉVY-PROVENÇAL | L'iPad : régression ou avancée ?
Bienvenu sur le site de Michel LEVY-PROVENCAL. Entrepreneur, fondateur de TEDxParis, l'agence éditoriale BRIGHTNESS, le do-tank L'ECHAPPEE VOLEE, l'agence objets connectés Joshfire, le site d'info Rue89, dénicheur de talents et provocateur de changements.
TED, TEDxParis, Rue89, L'ECHAPPEE VOLEE, BRIGHTNESS, TEDx, TEDxFRANCE, TED Paris, TED France, Innovation, Singularity University, internet des objets, objets connectés.
2441
single,single-post,postid-2441,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-5.8,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.4,vc_responsive

L'iPad : régression ou avancée ?

11 Avr L'iPad : régression ou avancée ?

« The iPad is retrograde. It tries to turn us back into an audience again. » (Buzzmachine. Jeff Jarvis)


Au lendemain de la sortie de l’iPad aux Etats Unis, Jeff Jarvis qualifiait le nouveau bébé d’Apple de machine à faire régresser les usages.

Pourquoi est-il vrai qu’Apple nous replonge dans les pratiques d’antan?

Avec l’iPad, Apple renoue encore plus avec ses anciennes habitudes : solutions propriétaires, fermées et onéreuses. En 1984 déjà les produits Apple n’offraient aucune compatibilité avec le monde extérieur. Fin des années 90 la firme à bout de souffle, a changé de stratégie en lançant Macosx, un OS plus ouvert (car basée sur du code open-source). Finalement ce choix, n’aura duré qu’un temps et probablement été motivé par une logique marketing. A présent que les utilisateurs sont de nouveau au rendez-vous, Apple semble retrouver ses vieux réflexes.

Aujourd’hui le store Apple est totalement « propriétaire ». Il interdit toute publication de logiciels hors validation par la firme elle-même. Cet espace sous contrôle rappelle les heures les plus sombres de l’histoire de l’informatique. Même Microsoft longtemps champion des systèmes propriétaires n’a jamais été aussi loin.

Apple impose désormais à ses développeurs d’utiliser ses outils maisons (et payants) pour créer des applications compatibles avec l’app-store. Adobe par exemple s’était soumis à de nombreuses contraintes pour créer il y a quelques mois un système de génération de code iPhone à partir des outils de développement en Flash. Résultat: même si les applications générées fonctionnent parfaitement dans l’univers iPhone, celles-ci sont désormais interdites de distribution par Apple.

Donc oui, Jarvis a raison lorsqu’il dit qu’Apple nous fait régresser en décourageant l’innovation et la création dans son écosystème.

Il a aujourd’hui raison de dire que l’iPad est plus un outil de « consommation » de contenus que de contribution. Sur l’iPad il n’y a pas (encore) de webcam, le clavier est encore difficile à appréhender, peu de fonctions de remix (copie, édition, collage, republication) sont proposées, le système est toujours mono-tâche…

Demain, un autre internet…

Mais Jarvis oublie de dire que les choses vont évoluer très vite. Dans quelques semaines la concurrence va proposer des alternatives crédibles (Sony, HP, Google…). Et les utilisateurs auront les cartes en mains pour commencer à choisir et faire évoluer les usages toujours dans le sens de plus de contribution, d’ouverture et de partage (l’histoire de l’informatique a vérifié cette loi). Google devrait proposer une expérience équivalente à l’iPad et offrir un écosystème bien plus accueillant et ouvert. Apple pourrait en profiter pour lâcher un peu de lest ou au contraire poursuivre sur la voie du contrôle en prétextant cette nécessité afin offrir un environnement au design et à la finition quasi parfaite!

Quoi qu’il en soit Jarvis oublie que l’iPad est bien plus qu’un produit, c’est une rupture dans l’univers des interfaces. L’iPad est le premier outil de masse ouvrant sur un nouvel internet. Un internet qui n’est plus qu’une « surface » (sur laquelle on surf) mais un « espace » DANS lequel on clique.

L’iPad est bel et bien une avancée. Il nous permet de toucher Internet du bout des doigts… Et ça marche! On a commencé à percevoir ce changement avec l’iPhone, avec l’iPad on comprend qu’internet est en réalité en train de changer de nature.

Écrit sur iPad / Pages

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

wordpress visitor counter