Blog

Comment Path a changé ma vie sur les réseaux sociaux.

J’utilise Path depuis quelques semaines maintenant. Il est peu dire que ce fut une grande découverte…

Comme beaucoup d’early adopters, j’ai commencé à utiliser les réseaux sociaux en 2007. Avant cela j’avais l’habitude de bloguer. Lorsque Facebook a atteint son « tipping point » vers juin 2007, en tant que blogueur j’ai commencé à devenir schizophrène: « Devais-je continuer à poster des billets personnels sur mon blog? Devais-je plutôt utiliser Facebook pour cela? Mon blog avait-il vocation à être transféré sur Facebook ? ». En 2007 j’ai tenté de résoudre l’équation en créant un nouveau système que j’ai appelé Polyblog.

Aujourd’hui, 5 ans plus tard, je n’utilise pas moins de 10 réseaux sociaux. Facebook, Foursquare, LinkedIn, Google+, Youtube, WordPress, Instagram, Flickr et Twitter. Chaque réseau social fournit tellement de couches différentes de contacts et de contenus que tout était devenu flou. J’avais accumulé des milliers de contacts sur chacun de ces réseaux au point que ma vie social digitale était devenu chaotique : je ne savais pas à qui je parlais et qui je lisais jusqu’à ce que … Path me montre le chemin.

Path a été conçu pour la communication entre amis proches. Lorsque vous commencez à l’utiliser, vous comprenez combien il a été une erreur de courir après les followers et les friends. Avec moins de 150 contacts sur Path vous atteignez une expérience parfaite de connexion avec votre réseau d’amis réels. En seulement trois semaines Path m’a en réalité fait comprendre comment les systèmes comme Klout sont dangereux pour la qualité de nos écosystèmes sociaux. En conclusion Path est la démonstration que la valeur des réseaux sociaux vient de la qualité des liens et non de leur quantité.

La semaine dernière j’ai commencé à supprimer des amis sur les réseaux. Tout d’abord sur Facebook où j’ai retiré plus de 800 contacts. Aujourd’hui je vois mes 10 réseaux sociaux comme une pyramide.

Au sommet: Path via lequel je poste des contenus pour les amis proches. Parfois je partage (toujours via Path) des textes des photos et des vidéos pour mes (vrais) contacts sur Facebook, Foursquare ou encore Twitter. J’utilise Linkedin uniquement pour les connaissances professionnelles. Google+ accueille mon blog en anglais et WordPress mon blog quotidien en français. Youtube, Flickr et Instagram sont utilisés uniquement pour partager des contenus publiques que je re-poste sur mes blogs. Enfin, au bas de la pyramide, Twitter est devenu mon principal canal de distribution.

En conclusion Path est un outil formidable. L’exécution, la conception, la qualité de l’expérience sont exceptionnels. Mais bien plus que cela, Path est un concept, une idée  simple et intelligente : « une invitation à créer du sens plutôt que du bruit au sein de nos réseaux ».

Source : Michel Levy-Provençal – Mikiane – Google+ – How « Path » has changed my life on the Internet. I use….

4 commentaires


  1. [...] beaucoup d’early adopters, j’ai commencé à utiliser les réseaux sociaux en 200…Via mikiane.com Share this:TwitterFacebookJ'aimeJ'aime  By seratoo [...]

  2. Analyse très intéressante et dans laquelle je me retrouve complètement quand à l’utilisation que je fais des réseaux sociaux. Au delta près que j’ai depuis longtemps limité mes amis Facebook à 170 personnes… Par contre je ne sais pas vous mais je dois avouer que mon entourage n’a pas encore adopté Path ; Ce qui lui confère un intérêt plus que limité. J’ai hate de voir comment ils vont se faire connaître au grand public.

  3. Bonjour,

    Entièrement d’accord avec vous sur le point particulier qui est qu’additionner les contacts est vain car source de flou ; j’ajouterais que cela peut représenter un manque de respect pour autrui, à moins d’être journaliste. Je suis par exemple sidéré par le nombre de followers de certains ou par le fait que des gens annoncent plusieurs rapprochements chaque demi-journée…

    Ce que vous faites avec cette nouvelle plate-forme dont vous parlez, il me semble que je le réalise pour ma part via Twitter où je suis proche d’une cinquantaine de personnes ressource. Mes posts y sont synchros avec LinkedIn où je connais des gens, avec Viadeo – de façon plus locale pour ce qui me concerne – et enfin Facebook car mes enfants s’y trouvent. J’ai aussi un compte Google pour ses cercles mais qui semblent être des ronds dans l’eau…

    Je concluerai – momentanément – en me demandant si l’apparition incessante de nouveaux réseaux ne finira pas par engendrer un émiettement des relations vraies d’une part et une atomisation de conscience des protagonistes eux-mêmes d’autre part ?..

    Cordialement, Serge Meunier

  4. super intéressant, merci Emmanuel.

Laissez un commentaire