Michel LÉVY-PROVENÇAL | Tous cyborgs ?
Michel LÉVY-PROVENÇAL | Tous cyborgs ?
Bienvenu sur le site de Michel LEVY-PROVENCAL. Entrepreneur, fondateur de TEDxParis, l'agence éditoriale BRIGHTNESS, le do-tank L'ECHAPPEE VOLEE, l'agence objets connectés Joshfire, le site d'info Rue89, dénicheur de talents et provocateur de changements.
TED, TEDxParis, Rue89, L'ECHAPPEE VOLEE, BRIGHTNESS, TEDx, TEDxFRANCE, TED Paris, TED France, Innovation, Singularity University, internet des objets, objets connectés.
4664
single,single-post,postid-4664,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-5.8,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.4,vc_responsive

Tous cyborgs ?

15 Jan Tous cyborgs ?

Ce billet est la version longue de ma chronique mensuelle publiée ce jour dans le cahier Prospective des Echos.

L’homme est un cyborg depuis la nuit des temps. Évidemment, pas ce cyborg que les auteurs de science fiction fantasment à longueur de romans et de grosses productions hollywoodiennes ; mais un cyborg plus silencieux, moins visible, bien plus réel. Un cyborg est un organisme auquel on a ajouté des composants exogènes pour lui permettre de mieux s’adapter à l’environnement. Vous lisez cet article lunette sur le nez, en ingérant votre dose de caféine quotidienne? Littéralement vous êtes un cyborg. Il existe des cyborgs encore plus évolués bien sûr : les spationautes, les plongeurs sous-marins ou les champions des jeux paralympiques. Avec l’avènement des technologies de l’information, l’impact sur l’être n’est plus physique mais bel et bien cérébral. Nous avons modifié notre façon de penser, de communiquer, de créer du lien social. En somme, le réseau est devenu une extension plus ou moins importante de notre cerveau. Vous en doutez? Pensez à ces notes, ces courriels ou ces listes de taches stockées dans votre smartphone, votre ordinateur ou vos serveurs. Si soudainement vous les perdiez, ne perdriez -vous pas une part intrinsèque de votre mémoire ?

Je vous l’accorde, dans le langage courant, les cyborgs évoquent plutôt ces êtres hybrides, ces créatures singulières dotées de dispositifs sophistiqués, ces monstres aux facultés physiques et mentales extraordinaires. Extraordinaires dites-vous? Non, les avancées technologiques que nous voyons progressivement sortir des laboratoires incitent à penser que ces facultés sont en train de devenir tout à fait banales. A force d’accélération exponentielle des évolutions technologiques et ce à coût constant et avec l’avènement des NBIC (Nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives) la donne changera à l’horizon 2030 – 2040. Aujourd’hui un dispositif de calcul de 1000 $ nous permet d’atteindre la capacité cognitive de celle d’un insecte, voire d’une souris. A horizon 2020, cette puissance croisera celle du cerveau humain. Que se passera-t-il dix ou vingt ans plus tard? La frontière entre la machine et le vivant deviendra de plus en plus floue. Le rythme exponentiel de l’évolution technologique depuis plus de quarante ans, que l’on appelle communément la loi de Moore, surprend mêmes les experts les plus reconnus. Souvent conservateurs dans leurs prévisions par souci de crédibilité ils passent à coté des grandes révolutions. C’est exactement ce qui est arrivé avec les technologies de séquençage de l’ADN qui étaient considérées comme immatures pour plusieurs siècles dans les années 90 alors qu’aujourd’hui un séquençage complet peut être réalisé en moins d’une heure pour un coût inférieur à 2 000 $.

Nos sens devraient être les premiers à profiter de ces évolutions. L’exemple d’un des pionniers du mouvement cyborg, Neil Harbisson est emblématique. Né avec une maladie rare le privant de la vision de la couleur, ce jeune irlandais vit en permanence avec un dispositif portatif le dotant d’un troisième oeil capable de retranscrire les couleurs en sons. La technologie qu’il a mis en oeuvre est assez simple, en revanche l’impact que ce dispositif a eu sur son cerveau est remarquable. Il est désormais capable de percevoir des sensations et des émotions associées aux couleurs qu’il “voit”.

Inversement ce troisième oeil lui donne la capacité de “visualiser” les sons, les voix et la musique. L’augmentation des capacités sensorielles, visuelles, olfactives et kinesthésiques grâce à des capteurs externes est une des évolutions que nous devrions vivre dans les prochaines années avec un impact majeur sur nos capacités cognitives. Cette révolution a déjà commencé avec les dispositifs de réalité augmentée comme les lunettes commercialisées cette année par Google.

Nous décuplerons nos forces physiques, améliorerons notre vitesse et gagnerons en équilibre dans des situations extrêmes de déplacement. Des exosquelettes motorisés sont commercialisés dés aujourd’hui. La société Berkeley Bionics propose par exemple des solutions d’aide aux valides comme aux handicapés dans le secteur civil ou militaire. Avec 1% de personnes condamnées à se déplacer en fauteuil roulant sur la planète, ce marché est considérable.

Dans un second temps, les exosquelettes pourraient laisser place aux prothèses mécatroniques myoélectriques. Branchées directement au système nerveux ces prothèses sont capables d’être commandées directement par le cerveau au travers des impulsions électriques des muscles et autorisent la boucle de retour, donc le gain de sensations. Encore cantonnées aux laboratoires de recherches, comme celui du Dr Todd Kuiken spécialiste de médecine bionique au Rehabilitation Institute de Chicago, ces technologies devraient être mises à disposition du grand public dans quelques années.

L’ultime étape sur laquelle travaillent les laboratoires de recherche reste la connexion directe au cerveau. Aujourd’hui dans celui de l’Institut Pasteur, une équipe de recherche, celle du Pr Lledo, a déjà découvert un moyen d’y parvenir. On peut en effet aujourd’hui prendre le contrôle de n’importe quel cerveau de mouche, ver, souris ou primate à l’aide d’une technique en passe de révolutionner les neurosciences : l’optogénétique. Cette technique, qui est le rapprochement de l’optique et de la génétique, permet de modifier les propriétés des cellules nerveuses avec un simple faisceau de lumière bleue (on excite la cellule nerveuse) ou jaune (on inhibe la cellule nerveuse). Pour l’instant ces technologies sont principalement étudiées à des fins thérapeutiques. (A lire : La Recherche : Palmares 2012)

Au delà de la question éthique, qui n’est pas traitée ici, il est clair que les technologies mais aussi la pression économique et sociale pour la recherche de la performance vont nous amener dans les 20 prochaines années à vivre une révolution de l’espèce humaine comparable à celle que la planète a vécu avec l’ère industrielle. Il est officiel que nous avons changé d’ère géologique en 2012. Nous sommes entrés dans l’anthropocène : une nouvelle époque géologique causée par la main de l’homme et non plus par les phénomènes naturels et les forces géologiques. De la même façon, notre capacité à manipuler le vivant, enrichir nos capacités physiques et sensorielles de dispositifs plus ou moins évoluées nous feront-ils lentement changer d’espèce ? Ou nous éteindre à la façon de la grenouille ébouillantée dans une eau chauffée graduellement ? Cèderons-nous un peu de territoire vivant au profit de quelque chose que nous ignorons encore ? Il parait que l’humanité a entre 20% et 50% de chance de survivre au 21ème siècle. Nous avons encore quelques années à attendre pour le savoir…

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

wordpress visitor counter