Michel LÉVY-PROVENÇAL | L'économie de la débrouillardise
Michel LÉVY-PROVENÇAL | L'économie de la débrouillardise
Bienvenu sur le site de Michel LEVY-PROVENCAL. Entrepreneur, fondateur de TEDxParis, l'agence éditoriale BRIGHTNESS, le do-tank L'ECHAPPEE VOLEE, l'agence objets connectés Joshfire, le site d'info Rue89, dénicheur de talents et provocateur de changements.
TED, TEDxParis, Rue89, L'ECHAPPEE VOLEE, BRIGHTNESS, TEDx, TEDxFRANCE, TED Paris, TED France, Innovation, Singularity University, internet des objets, objets connectés.
4674
single,single-post,postid-4674,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-5.8,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.4,vc_responsive

L'économie de la débrouillardise

12 Fév L'économie de la débrouillardise

Chaque mois, retrouvez ma chronique mensuelle dans le cahier Prospective des Echos, vous trouverez ci-dessous la version longue  et illustrée de la chronique du mois.


Le système D est une économie à part entière. Elle est incarnée par cette jeune femme qui vend des produits alimentaires dans sa pirogue au Vietnam, ou par ces hommes qui vendent des crédits de communication mobile sous un parasol au Nigeria. Cette économie informelle existe dans le monde entier et concerne 1,8 milliard de personnes. Le produit de leur commerce s’élève à 10.000 milliards de dollars par an, ce qui en fait la deuxième économie mondiale après les Etats-Unis. Si bien que certains groupes la considèrent comme un véritable segment de marché : Procter et Gamble évalue la part de ses ventes par des canaux parallèles à 20% !

L’économie du système D détricote le modèle industriel du siècle dernier et rétablit un modèle artisanal à la fois global et hyper local. Les acteurs de cette économie distribuent des biens et services, mais les produisent aussi. Les anglo-saxons l’appellent l’économie du « Do It Yourself », où demain les unités de production seront assurées par des individus dotés d’outils rudimentaires, mais aussi très avancés comme l’imprimante 3D ou les composants électroniques « open source ». Ils imprimeront des pièces détachées pour réparer des produits industriels. Ils « hackeront » des dispositifs électroniques à l’aide de composants standards.

Ces acteurs de la résilience, nés dans une économie industrielle et mondialisée en déclin, renversent les schémas habituels. Exemple avec le projet « Facts », initié par Veolia Environnement. Son objectif est de faire circuler d’un continent à un autre des solutions et découvertes réalisées par des acteurs de terrain. Ainsi, une invention indienne pour fabriquer à bas coût des lunettes de vue profite aux Philippines, au Vietnam mais aussi au Nord! Car ces solutions émanant de pays pauvres commencent à être appliquées dans les pays occidentaux frappés par la précarité.


Cette économie développe aussi ses propres monnaies, alternatives, libres ou parallèles. Elles se basent sur le troc et ont parfois un système de change avec les monnaies traditionnelles, comme le TEM en Grèce.

Toutes ces initiatives laissent entrevoir une tendance de fond : l’économie de la débrouillardise pourrait devenir la première économie mondiale à un horizon de quinze ans.

1Comment

wordpress visitor counter