Michel LÉVY-PROVENÇAL | De la Mixagination : une soirée en maître de cérémonie aux trophées de l’INPI.
Michel LÉVY-PROVENÇAL | De la Mixagination : une soirée en maître de cérémonie aux trophées de l’INPI.
Bienvenu sur le site de Michel LEVY-PROVENCAL. Entrepreneur, fondateur de TEDxParis, l'agence éditoriale BRIGHTNESS, le do-tank L'ECHAPPEE VOLEE, l'agence objets connectés Joshfire, le site d'info Rue89, dénicheur de talents et provocateur de changements.
TED, TEDxParis, Rue89, L'ECHAPPEE VOLEE, BRIGHTNESS, TEDx, TEDxFRANCE, TED Paris, TED France, Innovation, Singularity University, internet des objets, objets connectés.
16684
single,single-post,postid-16684,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-5.8,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.4,vc_responsive
Les trophées de l'INPI 2014

02 Déc De la Mixagination : une soirée en maître de cérémonie aux trophées de l’INPI.

Quand les organisateurs des trophées de l’INPI m’ont appelé il y a quelques semaines, je vous l’avoue, j’ai pensé un instant que c’était pour m’annoncer que j’allais être récompensé. Et bien non ! Ils m’ont appelé pour me proposer d’être le maître de cérémonie de l’édition 2014.

J’ai évidemment accepté l’invitation avec fierté et un certain enthousiasme, celui d’un petit garçon qui va ouvrir ses cadeaux de Noël avant l’heure. Parce que l’innovation, la recherche permanente de nouveauté est une passion et j’en ai fait mon métier.

J’ai la chance d’organiser depuis 5 ans les conférences TEDxParis, la première version française des conférences TED. Ce que j’aime particulièrement chez TED c’est la diversité des sujets. C’est d’ailleurs comme ça que tout a commencé : un jour, une claque, vivre successivement en l’espace d’une matinée les témoignages d’un ancien enfant soldat somalien, de Bill Gates expliquant son combat contre la malaria, d’un chercheur en pédagogie qui décrit comment l’école tue la créativité et celui d’un explorateur du Grand Nord. Cela peut paraitre totalement chaotique comme programmation ? Oui ! Mais elle a eu un effet inattendu. Quelque chose s’est passé à l’intérieur ce jour là. Les mots, les idées des uns raisonnaient avec ceux des autres et j’ai fini par comprendre, intuitivement, émotionnellement des choses que je n’aurais probablement pas comprises avec un discours rationnel. Peu importe l’idée que j’en ai tirée, ce qui est important c’est le processus.

Quand, à l’âge de 17 ans, je suis arrivé en France, avec la langue française et mes souvenirs d’Histoire de France en bagage, je peux vous assurer que l’adaptation est la première chose que j’ai apprise. Ca passe par gommer un accent par exemple… Encore que cela lui arrive de rejaillir parfois à l’improviste. J’ai aussi appris, à mes dépens, que nous avions, en France, la fâcheuse habitude de ranger les métiers dans des cases. Untel est ingénieur, il le reste tout au long de sa carrière, Untel est plutôt artiste, idem… Si bien que lorsque j’ai commencé à travailler, après avoir obtenu un diplôme d’ingénieur, mon premier réflexe a été de tenter de sortir de la case dans laquelle on tentait de m’enfermer : la corporation des ingénieurs. Parce que j’étais aussi passionné par les arts et le dessin, je me suis inscrit aux cours du soir à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris. Et j’ai appris à dessiner. Cette période a été, intellectuellement, la plus intense de ma vie professionnelle. La journée je vivais dans un monde rationnel de chiffres et de code. Et le soir, je faisais travailler une autre partie de mon cerveau, j’apprenais à me connecter à mon intuition, mes émotions. Quand vous passez 4 heures à dessiner les détails d’une main, vous finissez par oublier ce qu’est une main : 5 doigts, des phalanges, des ongles. Vous ne voyez que des traits, des creux, des formes, des empreintes. Vous devenez un être minuscule qui se ballade sur la peau, les interstices, les pores. Vous voyez ce que vous dessinez comme vous ne l’avez jamais vu. Vous apprenez à voir le monde autrement.

Si je vous raconte ces souvenirs c’est pour tenter seulement d’expliquer ce qui se passe dans notre cerveau à la rencontre de l’inconnu, de l’étranger, lorsque l’on crée ces passerelles, entre univers différents, entre schémas de pensée parfois opposés. Ce processus, qu’il est difficile de décrire, parcequ’il faut le vivre pour le comprendre, est en fait à l’origine de toute création. À une autre échelle, quand vous faites se rencontrer et travailler des experts de disciplines radicalement différentes, souvent, très souvent cela crée une étincelle. Cette étincelle c’est ce qui est à l’origine de toute invention, de toute création, de toute innovation.

Trophées

L’INPI, cette année, a choisi d’appeler ce processus la Mixagination. Et pour l’illustrer, les organisateurs des trophées 2014 ont mis à l’honneur douze innovations qui ont toutes en commun la rencontre d’univers différents. Chacun de ces projets a intégré cette mixité comme un ingrédient important de son processus d’innovation.

En un peu plus d’un siècle, notre espérance de vie a doublé. Il y a cent ans, à mon âge, 41 ans, j’aurais probablement été en train de mourir d’une quelconque maladie (pneumonie, tuberculose, tétanos…) impossible à prévenir ou à soigner. En cinquante ans, la mortalité infantile a été divisée par trois, la production alimentaire par habitant a augmenté d’un tiers et tout cela à un moment où la population mondiale a doublé. La bonne nouvelle est que cela ne fait que commencer, car l’innovation technologique accélère à une vitesse exponentielle depuis vingt ans. J’ai (re)découvert ce soir douze innovations qui sont autant de belles nouvelles pour demain. Elles touchent à tous les secteurs : santé, art, culture, économie, luxe, technologie, écologie, design, gastronomie, sport… Quatre d’entre elles ont été récompensées et j’étais particulièrement heureux de voir combien l’innovation est forte dans notre pays. Ce fut, une belle soirée d’innovation, pour l’innovation, avec des innovateurs de tous les secteurs, pleine d’énergie et d’optimisme.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

wordpress visitor counter