Michel LÉVY-PROVENÇAL | Michel LEVY-PROVENCAL
Michel LÉVY-PROVENÇAL | Michel LEVY-PROVENCAL
Bienvenu sur le site de Michel LEVY-PROVENCAL. Entrepreneur, fondateur de TEDxParis, l'agence éditoriale BRIGHTNESS, le do-tank L'ECHAPPEE VOLEE, l'agence objets connectés Joshfire, le site d'info Rue89, dénicheur de talents et provocateur de changements.
TED, TEDxParis, Rue89, L'ECHAPPEE VOLEE, BRIGHTNESS, TEDx, TEDxFRANCE, TED Paris, TED France, Innovation, Singularity University, internet des objets, objets connectés.
1
archive,paged,author,author-michel,author-1,paged-17,author-paged-17,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-5.8,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1,vc_responsive

Author: Michel LEVY-PROVENCAL

06 Mai Insights by Seth Godin about how "Micro magazines" can be a future for medias

Micro magazines and a future of media…

Does anyone read Time or Newsweek (being sold to anyone who will take them) any more? And when they disappear, who will really miss them?

The problem is that they are both slow and general. The world, on the other hand, is fast and specific.

Is there a business here?

While there are still people hoping to make a living writing a blog (not as a tool for something else, but as an end into itself), that’s awfully difficult to do. Micro-magazines, on the other hand, feel very different to me. They have elements that make them very attractive to advertisers and readers.

I’ll define one as:

  • Being digital (probably a PDF), that’s free to ‘print’, fast to make and easy to share. (Newsweek spends seventeen million dollars a year on paper.)
  • Having subscribers, either by email or RSS
  • Focused on issues that appeal to some, but not all
  • Having a very specific audience (call it a tribe)
  • Enabling that tribe to connect by sharing the ideas in the magazine among them, as well as supporting it with a forum or blog
  • Containing ads that are relevant to that audience
  • Being longer than 140 characters or even a blog post, so significant ideas can be exposed in detail

There’s room in the market for 100,000 profitable micro-magazines. Why not have one about Aruba, for example? If all the people who vacation in Aruba could read about the island in detail every month, read about restaurants, resorts and politics, for free, in an easy to share format… Multiply this by every destination, every interest group, every type of profession (how about a micro-magazine for ethnobiologists?)

Surely you can think of a group of people that share a demo- or psychographic, that are appealing to an advertiser base and want to learn and share what they learn… for free.

Take a look at Clay and Ishita’s new magazine, Fearless.  It’s jammed with good stuff, it’s engaging and it begs to be shared. While the audience for Fearless isn’t as vertical as some, it clearly should resonate with some advertisers, the sort that might pay for an ad in the soon to be irrelevant newsweeklies. And the big difference is that instead of paying for an office building and paper and overhead, the money for an ad in a micro-magazine can go directly to the people who write and promote it and the ad itself will be seen by exactly the right audience… (Aside: Newsweek has 427 employees and a guaranteed circulation of 1.5 million. Fearless will probably end up reaching 100,000 people with 2 employees.)

Don’t expect overnight successes in this form of media, but certainly expect that once someone figures out how to be the voice of a tribe, the revenue will take care of itself. 

 

Read More

05 Mai Comment Facebook évolue de plus en plus vers la société de la transparence…

Media_httpownifrfiles_sjpua
Depuis que Facebook est devenu une entreprise il y a cinq ans on assiste à une remarquable transformation. A ses débuts, il s’agissait d’un espace privé pour communiquer avec les groupes de votre choix. Peu de temps après, c’est devenu une plateforme sur laquelle la plupart de vos informations étaient publiques par défaut. A lire sur owni.fr

 

Read More

11 Avr L'iPad : régression ou avancée ?

« The iPad is retrograde. It tries to turn us back into an audience again. » (Buzzmachine. Jeff Jarvis)


Au lendemain de la sortie de l’iPad aux Etats Unis, Jeff Jarvis qualifiait le nouveau bébé d’Apple de machine à faire régresser les usages.

Pourquoi est-il vrai qu’Apple nous replonge dans les pratiques d’antan?

Avec l’iPad, Apple renoue encore plus avec ses anciennes habitudes : solutions propriétaires, fermées et onéreuses. En 1984 déjà les produits Apple n’offraient aucune compatibilité avec le monde extérieur. Fin des années 90 la firme à bout de souffle, a changé de stratégie en lançant Macosx, un OS plus ouvert (car basée sur du code open-source). Finalement ce choix, n’aura duré qu’un temps et probablement été motivé par une logique marketing. A présent que les utilisateurs sont de nouveau au rendez-vous, Apple semble retrouver ses vieux réflexes.

Aujourd’hui le store Apple est totalement « propriétaire ». Il interdit toute publication de logiciels hors validation par la firme elle-même. Cet espace sous contrôle rappelle les heures les plus sombres de l’histoire de l’informatique. Même Microsoft longtemps champion des systèmes propriétaires n’a jamais été aussi loin.

Apple impose désormais à ses développeurs d’utiliser ses outils maisons (et payants) pour créer des applications compatibles avec l’app-store. Adobe par exemple s’était soumis à de nombreuses contraintes pour créer il y a quelques mois un système de génération de code iPhone à partir des outils de développement en Flash. Résultat: même si les applications générées fonctionnent parfaitement dans l’univers iPhone, celles-ci sont désormais interdites de distribution par Apple.

Donc oui, Jarvis a raison lorsqu’il dit qu’Apple nous fait régresser en décourageant l’innovation et la création dans son écosystème.

Il a aujourd’hui raison de dire que l’iPad est plus un outil de « consommation » de contenus que de contribution. Sur l’iPad il n’y a pas (encore) de webcam, le clavier est encore difficile à appréhender, peu de fonctions de remix (copie, édition, collage, republication) sont proposées, le système est toujours mono-tâche…

Demain, un autre internet…

Mais Jarvis oublie de dire que les choses vont évoluer très vite. Dans quelques semaines la concurrence va proposer des alternatives crédibles (Sony, HP, Google…). Et les utilisateurs auront les cartes en mains pour commencer à choisir et faire évoluer les usages toujours dans le sens de plus de contribution, d’ouverture et de partage (l’histoire de l’informatique a vérifié cette loi). Google devrait proposer une expérience équivalente à l’iPad et offrir un écosystème bien plus accueillant et ouvert. Apple pourrait en profiter pour lâcher un peu de lest ou au contraire poursuivre sur la voie du contrôle en prétextant cette nécessité afin offrir un environnement au design et à la finition quasi parfaite!

Quoi qu’il en soit Jarvis oublie que l’iPad est bien plus qu’un produit, c’est une rupture dans l’univers des interfaces. L’iPad est le premier outil de masse ouvrant sur un nouvel internet. Un internet qui n’est plus qu’une « surface » (sur laquelle on surf) mais un « espace » DANS lequel on clique.

L’iPad est bel et bien une avancée. Il nous permet de toucher Internet du bout des doigts… Et ça marche! On a commencé à percevoir ce changement avec l’iPhone, avec l’iPad on comprend qu’internet est en réalité en train de changer de nature.

Écrit sur iPad / Pages

Read More

13 Mar Le jeu du Grand Reboot ou comment sauver votre quotidien préféré ?

Imaginez un jeu de société à la façon du Monopoly. Seule différence vous ne gérez pas des biens immobiliers mais une institution de la presse écrite en détresse. Votre journal connait une crise sans précédent. On dit de vous que vous avez perdu votre audace, que vous n’innovez plus et que vous êtes tourné vers le passé. Vous perdez des lecteurs, les ventes publicitaires chutent et le papier ne se vend plus! Comble de tout cela Google vole vos contenus, vous êtes au bord de la faillite et c’est toute une (noble) profession qui s’apprête à sombrer! Pourtant une chose subsiste : votre marque! Fédératrice, synonyme d’une culture, d’un style, d’un esprit, elle est encore votre meilleur atout pour renaître autrement en faisant évoluer votre activité. Alors comment procéderiez vous?

Sur les cartes à jouer (façon « caisse de communauté ») vous sont proposées des idées ou des paris pour tenter « Le Grand Reboot » ! En fonction des positions sur le plateau et du résultat aléatoire des dés vous gagnez ou perdez vos paris!

Alors voici quelques propositions d’idées !

  • Abandonner le papier et digitaliser massivement pour baisser les coûts
  • Construire et animer des réseaux thématiques
  • Créer un Club « Premium » avec un droit d’entrée élevé
  • Sortir un récurrent papier à édition limitée et très haut de gamme
  • Organiser des évènements exclusifs
  • Développer la vente de contenus à la carte
  • Fonder une école de journalisme
  • Lancer une maison d’édition et une agence de production
  • Monter une entreprise de conseil
  • Oser « l’hyper-diversification » en commercialisant sous votre marque, des voyages, des produits de consommation courants, des objets de luxe à édition limitée, etc…
  • Lever des fonds publics
  • Se mettre à la recherche de mécènes
  • S’associer à (ou même racheter ) un site d’e-commerce
  • Diffuser des applications mobiles avec du contenu micro-payé
  • … D’autres pistes???

(Autopromo : vous trouverez de temps en temps quelques propositions de solutions dans la veille que je réalise quotidiennement sur mikiane.com)

Read More

01 Mar Inauguration de la transcription automatique des programmes TV/video live

J’ai déja eu l’occasion de parler de ce projet mené au sein du Lab de FRANCE 24 depuis plus de 6 mois. Vous retrouverez les différentes étapes de la conception et réalisation de cette expérimentation dans les billets suivants:

Aujourd’hui, cette expérimentation vit une nouvelle étape grâce à un partenariat avec Yacast Media, Exalead et Vecsys: le lecteur vidéo haut débit de FRANC 24 permet à présent de transcrire automatiquement sous forme de texte les 24 dernières heures d’antenne.

Depuis décembre dernier, FRANCE 24 propose sur son site Internet une nouvelle expérience de télévision interactive : le lecteur HD. Ce lecteur haut débit offre aux internautes la possibilité de « contrôler le direct », car il peut balayer les 24 dernières heures de programmes en quelques secondes, en déplaçant le curseur sous l’image sur un simple navigateur web.

Fort de cette innovation, le LAB de FRANCE 24 fait aujourd’hui évoluer cette application en y ajoutant une nouvelle fonctionnalité permettant de faire figurer automatiquement sur ce même lecteur chaque mot prononcé à l’antenne, depuis les commentaires des présentateurs, les récits de reportages jusqu’aux interviews de tous les invités.

Cette première technologique est basée sur une analyse sémantique automatique des scripts extraits de chaque vidéo. Elle permet de générer en 24 heures, sans intervention humaine, une variété de mots-clés, de lieux, de noms de personnalités ou d’organisations citées sur FRANCE 24 et donc, d’en optimiser le référencement.

L’algorithme de transcription permet dans la majorité des cas de générer un texte fidèle au discours prononcé à l’antenne. Cette capacité que nous avons désormais à retranscrire le flux en léger différé (quelques minutes), ouvre des possibilités considérables. Certes les textes obtenus contiennent parfois des erreurs, mais demain, l’ensemble des contenus pourraient être découpés automatiquement, enrichis en métadonnées, sous-titrés, et éventuellement traduits automatiquement. A court terme, cette technologie peut grandement améliorer le référencement de nos contenus. Elle offre un meilleur confort de lecture quand l’audio pose des difficultés et en particulier pour les malentendants. Enfin, elle peut être une aide potentielle dans le cadre de l’apprentissage des langues.

>> Un aperçu du prototype incluant cette toute nouvelle fonctionnalité est accessible sur le LAB de FRANCE 24

 

 

Read More
wordpress visitor counter