Michel LÉVY-PROVENÇAL | Michel LEVY-PROVENCAL
Michel LÉVY-PROVENÇAL | Michel LEVY-PROVENCAL
Bienvenu sur le site de Michel LEVY-PROVENCAL. Entrepreneur, fondateur de TEDxParis, l'agence éditoriale BRIGHTNESS, le do-tank L'ECHAPPEE VOLEE, l'agence objets connectés Joshfire, le site d'info Rue89, dénicheur de talents et provocateur de changements.
TED, TEDxParis, Rue89, L'ECHAPPEE VOLEE, BRIGHTNESS, TEDx, TEDxFRANCE, TED Paris, TED France, Innovation, Singularity University, internet des objets, objets connectés.
1
archive,paged,author,author-michel,author-1,paged-3,author-paged-3,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-5.8,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1,vc_responsive

Author: Michel LEVY-PROVENCAL

30 Déc How Airbnb shattered my daughter’s Christmas dream

Picture your first white Christmas. If you have ever had the chance as a child, to experience a December 25 in the mountains, it is likely that you still remember. Close your eyes and listen to the sweet sound of the crackling fireplace, smell the scent of fir at the window, admire the mountainous landscape, feel the heat of the hot chocolate and pancakes barely out of the pan. That is the experience we had planned to have with our three-year-old daughter this year. So we booked a beautiful cottage on Airbnb for a week in the Alps, close to the beautiful resort of Megève, Flumet. Among all the deals available in the area, one seemed ideal to us: a « Prestige » cottage a five minutes’ drive from the slopes and, according to the photos provided, in the heart of nature. The perfect place to make this child’s dream a reality.

On arrival, at night, we check out the inside of the cottage which was quite nice, although upstairs, the temperature is a bit colder. My parents-in-law are spending the week with us and politely choose to take the upstairs. Our daughter and we are downstairs. The night goes by.

The first day, at dawn, the parade of cars and trucks wakes us. The cottage is right next to a departmental road. On the other side of the road, I note dumbfounded that we are between a storage area and the adjoining wood dump. We prepare ourselves to spend a week between the noisy passage of delivery vehicles that arrive and depart from Megève and fallow land where tools, debris and tarps pose as landscape. This is the opposite of the idyllic setting Airbnb described the announcement.

We try to ignore this and spend our day exploring the region: mulled wine in the village, the ice rink, and shopping to prepare for the Christmas party. In the evening, we return. To our surprise, we realize from our very first bath, the hot water tank is empty and we are doomed to a cold shower in four-degree weather. It is at that moment that I decide to contact the Airbnb customer service for the first time to ask them what recourse we have in dealing with the problems we are having. A few minutes waiting on the phone and my answer is clear: « Airbnb does not take into account any issues with the area around the property, and concerning the boiler, we contact the owner who has until tomorrow morning to fix the problem. » Annoyed by this answer, I decided to contact our host directly first, who tells me he’s unable to solve the problem right now and invites me to be accept the situation or leave his cottage the next morning! I then called a few social networking contacts to brainstorm some ideas. Luckily, one of my friends knows the manager of Airbnb Europe and offers to introduce us. The latter responds with a message a few minutes later, assuring me that someone would be in contact soon to find a solution. It does not take long, and I am aware of this luck that a vast majority of users of the platform don’t have. A young woman from Airbnb California’s « user experience » service calls me on my cell phone to reassure us and promise that she would deal with the problem first thing tomorrow morning. We go to bed.

Second day, the woman I spoke to last night calls us back and offers to transfer us to another cottage that has yet to be located on condition of paying the first two nights. I accept, making sure to specify that we cannot risk abandoning this cottage without a definite alternative because being stuck in the mountains, homeless, with a young child is unthinkable. Obviously, she assures us that a solution will certainly be found by Airbnb. Second day of vacation, we still have not skied or really had time to take care of mountain activities because we have been stuck on the Airbnb issue. Here we are again, off to spend a few hours in the village until an alternative solution is provided by our kindly user support assistant. The hours pass; it is 5pm; the night begins to fall and our concern grows. That’s when I get a text. Finally, a new host offers us a very comfortable cottage a short drive away and gives us an appointment at an address that we’ll receive once we book it and pay. Armed with my mobile phone, I conclude the transaction, pay the entire stay in this new cabin, and off we go. The most important thing is to finally start the holiday we’ve been dreaming of. A short detour to buy a new Christmas tree, and we arrive at 6pm, as specified for our meeting.

It’s dark and cold. A woman greets us stating that she is in charge of opening the house, the owner being absent (and unreachable) because he’s « currently vacationing on a boat in Jamaica. » The cottage is cold but beautifully decorated. We keep our jackets on; it’s 7 degrees inside. We light the fire and boiler and spend time decorating the new Christmas tree until the temperature rises. Two hours pass, the thermometer does not move, still 7 degrees throughout the cottage. The boiler appears on but nothing works. I open the kitchen oven, plug in all electric heaters, and attempt to contact our host, anyone on the phone. I send a new email to the customer service. No answer. I call the French Airbnb user service. Thirty minutes pass before getting the first assistant. It is 8:30. Our daughter, wrapped in her ski jacket since 2:30, is in front of a sad tree, in a cold house, with a musty smell. The chimney is barely drawing. The dream is turning into a nightmare.

72 hours have passed. Of course, this is when I get a bit unhinged. We are experiencing the worst Christmas of our lives. I immediately ask to cancel and refund all of my last reservation. At this late hour, a hotel is my only way out regardless of the price. Can you imagine the cost of two rooms at the last minute during Christmas week near Megève? And what does Airbnb customer service have to say?

  • « If we cancel this reservation at your request, we cannot reimburse you, sir! »
  • « I beg your pardon? You cannot reimburse me for renting a mountain cabin in which we have only just arrived and where it is 7 degrees without working heating? With a young child inside? »
  • « Please understand, sir, it’s quite a sum! »
  • Me, on the verge of a nervous breakdown: « It’s my money, you *******, that you have collected in advance of your ***** service that you don’t want to reimburse! »
  • Airbnb: « We need a proof that it is 7 degrees in the cottage to consider a refund, sir. »

I swallow my rage. It’s necessary to mention I spent 30 minutes to wait to talk to someone. Of course, I do not feel very proud of complying and become aware of how I let myself be treated. I send an email of a photo of the thermometer frozen at 7°C for three hours to the assistant who finally agreed to the refund. For the second time since our arrival, we pack our bags and take down the Christmas tree. We leave once more in search of two rooms for the night and a hot meal for our daughter. Luckily we find a place to stay: a hotel available at prices one third of the stay for one night. It doesn’t matter. Our little girl has dinner, stays up a bit, and we head to bed, exhausted.

Fourth day of « vacation, » it is time to get back on the saddle and face the music, our vacation has been cut short and we must resign ourselves to return to Paris.

It’s December 24, three days have passed, and I have not received any news from Airbnb; nor from my nice Californian customer service agent, or the sympathetic Airbnb Europe manager, despite expressing to him the conclusion of our stay. We spent in three days of stress the entire budget of our weeklong vacation, the first ski lessons our daughter were canceled and Airbnb has « ruined » our Christmas!

So obviously, there are more serious issues in life. And this story is only one particular case. We are pretty lucky compared to the innumerable and constantly growing problems of the users of this platform. I was not only a fan of Airbnb ever since its first days in France, but also a recruiter. I very often find myself mentioning the Airbnb model during public speaking on the disruption in the era of mass digitization, as was the case a month ago at the 2015 Newtourism Conference.

We know the mechanics and the business model of Airbnb. The platform assumes, unlike the traditional players in the hotel industry, that it does not need to acquire accommodations or rent them, or even to call in qualified personnel to ensure a warm welcome, service or to take responsibility for the services it sells. It relies heavily on technology, the web, and cell phones to facilitate matching up clients (hosts and guests). It continuously captures data to improve its portfolio. In doing so, it drastically minimizes investment costs and expenses in order to profit by leveraging assets that do not belong to it and helps to use by drawing off some of the value it happens to capitalize. This is a mechanism that is called the power of the crowd, which is to say labor isn’t hired or taxed. In short, Airbnb has indeed found a formula that works wonders, up to a point…

This story allowed me to become aware of a facet of the Airbnb model that had escaped me. It is probably one of the main flaws of the service that the traditional competitors have an incentive to exploit massively. The main weakness of Airbnb is that, contrary to the claims of their recent advertising campaign touting hospitality and responsibility, it cannot make good on both these promises to their customers.

The responsibility carried by a professional in regard to customers cannot be compared to that of an amateur. In this case, everyone can claim to be an hotelier. It is a standardized business with a sense of service and hospitality. It is a responsibility that an amateur cannot assume. A third party has to do it for him. And that is precisely what Airbnb does not do. Airbnb could take, for example, responsibility for checking each of the products made available on its platform and stop believing the bad experiences of their customers can be used to rate their stock. Airbnb could take the responsibility of managing the reception of their customers rather than delegating it to unskilled amateurs. They could develop an ecosystem of professionals in charge of the reception and departure of visitors in a rental. Finally, Airbnb could propose an ecosystem of qualified local services provided by professionals to meet the usual needs of a customer in a hotel: room service, laundry, concierge service… Today, at best, they establish partnerships without really taking responsibility for the service, and at worst, they are tempted to replicate their model by offering, for example recently, « travel experiences » designed and organized by their hosts, always amateurs…

In contrast, the traditional hoteliers have expertise and a labor force. It is a force contrary to appearances. Their job, when they do it well, allow them, in turn, to disrupt Airbnb in the scope of its own promises: to welcome, accompany, take responsibility for the service they offer their customers. The delay that hoteliers have accumulated in the race to digitize handicap them when compared to the apparent power of the Airbnb user experience. Catching up is an

obviously essential prerequisite. However, once empowered with tools equivalent to those of the most advanced online platforms, the playing field will be level. Imagine, once equal in terms of the digital experience, will the major hotel chains decide to compete with Airbnb in its own model? Imagine that in addition to their own rooms, they offer, like Airbnb, apartments or houses to rent close to their hotels from time to time, but by additionally providing a quality service that is expected of a professional (reception, concierge, breakfast, room service, laundry, daily cleaning of rooms, entertainment and professional experiences)… I imagine that this type of project has been evaluated by the strategic heads of hotel chains.

I will draw just one lesson from this story. Airbnb is not really transforming the hospitality market. The platform comes closer to competing with particularly bad hotels or temporary rental providers of apartments and houses. To imagine the opposite is to take a risk, as we have done this week, living a nightmare. Technology, big data, and online communication tools are absolutely necessary today to respond to the challenge of mass tourism, but they will never replace the warmth and hospitality of a human that greets you and takes care of your welfare because he know what it is to practice his profession.

Read More

25 Déc Comment airbnb a disrupté le rêve de Noël de ma fille

Article initialement publié sur Huffingtonpost.fr le 24/12/2015

La version anglaise de ce billet est aussi disponible

Souvenez-vous de votre premier Noël à la neige. Si vous avez eu cette chance un jour, enfant, de vivre un 25 décembre à la montagne, il est probable que vous vous en rappelez encore. Fermez les yeux et écoutez le doux son de la cheminée qui crépite, humez l’odeur du sapin devant la fenêtre, admirez le paysage montagneux, sentez la chaleur du chocolat au lait et des crêpes à peine sorties de la poêle. Voilà l’expérience que nous avions prévu de faire vivre notre fille de 3 ans cette année. Nous avons donc réservé sur airbnb un très beau chalet, pendant une semaine, au coeur des Alpes, à deux pas de la belle station de Megève, à Flumet. Parmi toutes les offres proposées dans la région une nous a paru idéale : un chalet « Prestige » à 5 minutes des pistes en voiture et d’après les photos présentées, au coeur de la nature. Le lieu parfait pour faire toucher du doigt ce rêve d’enfant à la petite.

A l’arrivée, en pleine nuit, nous découvrons l’intérieur du chalet qui est plutôt agréable, même si à l’étage, la température est fraîche. Mes beaux parents passent cette semaine avec nous et choisissent gentiment de s’installer en haut. Notre fille et nous sommes au rez-de-chaussée. La nuit passe.

Premier jour, dès l’aube, le défilé de voitures et de camions nous réveille. Le chalet est en bord de départementale. De l’autre coté de la route, je constate médusé que nous sommes entre une zone de stockage et la déchèterie d’une menuiserie attenante. Nous nous apprêtons à passer une semaine entre le passage bruyant des véhicules de livraison qui arrivent et partent de Megève et un terrain en friche où outils, débris et bâches font office de paysage. C’est l’opposé du cadre idyllique que l’annonce airbnb décrivait.

Nous tentons de faire abstraction et passons notre journée à découvrir la région : vins chauds au village, patinoire et premières courses pour préparer la soirée de Noël. Le soir venu, nous rentrons. Quelle surprise, quand nous nous apercevons, dès le premier bain pris, que le ballon d’eau chaude est vide et que nous sommes condamnés à la douche froide à 4 degrés dehors. C’est à ce moment, que je décide de contacter pour la première fois le service client d’airbnb afin de leur demander quel recours nous avons face aux problèmes que nous rencontrons. Quelques minutes d’attente au téléphone et la réponse de mon interlocuteur est claire : « airbnb ne prend pas en compte les nuisances extérieures et concernant la chaufferie nous contactons le propriétaire qui a jusqu’à demain matin pour régler le problème ». Agacé par cette réponse, je décide d’abord de contacter directement notre hôte qui m’indique ne pas pouvoir résoudre le problème dans l’immédiat et m’invite à me contenter de la situation ou à partir dès le lendemain matin de son chalet ! J’en appelle alors à quelques contacts sur les réseaux sociaux à la pêche aux idées. Coup de chance, un de mes amis connait bien le patron d’airbnb en Europe et me propose de nous présenter. Ce dernier répond par un message dans les quelques minutes qui suivent en m’assurant que quelqu’un devrait me contacter rapidement pour trouver une solution. Cela ne tarde pas et je suis conscient de cette chance qu’une très grande majorité d’utilisateurs de la plateforme n’ont pas. Une jeune femme du service « expérience utilisateur » d’airbnb en Californie m’appelle sur mon téléphone mobile pour nous rassurer et nous promettre qu’elle traitera le problème dés le lendemain matin. Nous nous endormons.

Deuxième jour, mon interlocutrice de la veille nous rappelle et nous propose de nous transférer dans un autre chalet qu’il nous reste à trouver à condition de régler les deux premières nuits. J’accepte en prenant le soin de préciser que nous ne pouvons pas prendre le risque d’abandonner ce chalet sans une alternative certaine car nous imaginer bloqué en montagne sans logement avec un enfant en bas âge est impensable. Evidemment, elle nous assure qu’une solution sera dans tous les cas assurée par airbnb. Second jour de vacances, nous n’avons toujours skié ni véritablement eu le temps de nous occuper des activités de montagne car nous sommes mobilisés sur le dossier airbnb. Nous voilà encore partis pour passer quelques heures dans le village en attendant la solution alternative assurée par notre gentil contact du support utilisateur. Les heures passent, il est 17h, la nuit commence à tomber et l’inquiétude monte d’un cran. C’est à ce moment que je reçois un SMS. Enfin, un nouvel hôte nous propose un chalet très confortable à quelques minutes en voiture et nous donne RDV à une adresse que nous ne pourrons récupérer qu’une fois la réservation effectuée et réglée sur le site. Armé de mon téléphone mobile, je conclue la transaction, règle la totalité du séjour dans ce nouveau chalet et nous nous mettons en route. Le plus important est de commencer enfin ces vacances dont nous rêvons. Un petit détour pour acheter un nouveau sapin de Noël et nous arrivons à 18h précises au rendez-vous.

Il fait nuit et froid. Une femme nous accueille en précisant qu’elle a en charge l’ouverture de la maison, le propriétaire étant absent (et injoignable) car « en vacances actuellement sur un bateau en Jamaïque ! ». Le chalet est glacial mais plutôt joliment décoré. Nous gardons nos doudounes sur le dos, il fait 7 degrés à l’intérieur. Nous allumons cheminée et chaudière et passons le temps à décorer le nouveau sapin en attendant que la température monte. Deux heures passent, le thermomètre ne bouge pas, toujours 7 degrés partout dans le chalet. La chaudière semble allumée mais rien n’y fait. J’ouvre le four de la cuisine, branche tous les radiateurs électriques, tente de contacter notre hôte, personne au bout du fil. J’envoie un nouveau mail au service client. Pas de réponse. J’appelle le service utilisateur français d’airbnb. 30 minutes passent avant d’obtenir le premier conseiller. Il est 20h30, notre fille est depuis 2h30 emmitouflée dans son anorak de ski devant un sapin triste, dans une maison glaciale à l’odeur de renfermé. La cheminée peine à tirer. Le rêve tourne au cauchemar.

72h se sont écoulées. Evidemment, c’est à ce moment que je sors de mes gonds. Nous sommes en train de vivre le pire Noël de notre vie. Je demande immédiatement d’annuler et de rembourser la totalité de ma dernière réservation. À cette heure tardive l’hôtel est ma seule issue peu importe le prix. Vous imaginez bien le coût de deux chambres à la dernière minute pendant une semaine de Noël à proximité de Megève ? Et là, que me répond le service client d’airbnb ?

  • « Si nous annulons cette réservation à votre demande, nous ne pouvons pas vous rembourser, Monsieur ! »
  • « Pardon ? Vous ne pouvez pas me rembourser la location d’un chalet de montagne dans lequel nous venons à peine d’arriver et où il fait 7 degrés sans chauffage fonctionnel ? Avec un enfant en bas âge à l’intérieur ? »
  • « Comprenez monsieur, c’est une somme ! »
  • Moi, au bord de la crise de nerfs : « c’est mon pognon c****** que tu as encaissé en avance de ta prestation de m**** que tu ne veux pas rembourser ! »
  • airbnb : « Il nous faut une preuve qu’il fait 7 degrés dans le chalet pour envisager un remboursement, Monsieur ».

J’avale ma rage. Il faut dire que j’ai passé 30 minutes à attendre avant de pouvoir parler à quelqu’un. Bien sûr, je ne me sens pas très fier d’obtempérer et prends conscience de la façon dont je me laisse traiter. Je transmets par mail une photo du thermomètre figé sur 7°C depuis 3h à mon interlocuteur qui finit par accepter le remboursement. Pour la deuxième fois depuis notre arrivée nous faisons nos valises et déshabillons l’arbre de Noël. Nous repartons sur la route en quête de deux chambres pour la nuit et d’un repas au chaud pour notre fille. Par chance nous trouvons un point de chute : un hôtel disponible au prix du tiers du séjour pour une seule nuit. Peu importe. Notre petite dîne, veille un peu et nous filons nous coucher, éreintés.

Quatrième jour de « vacances », il est temps de reprendre nos esprits et de nous rendre à l’évidence, nos vacances sont écourtées et il nous faut nous résigner à rentrer à Paris.

Nous sommes le 24 décembre, trois jours se sont écoulés et je n’ai reçu aucune nouvelle d’airbnb ; ni de mon interlocutrice si gentille du service client californien, ni du si sympathique patron d’airbnb en Europe, à qui j’ai pourtant fait part de la conclusion de notre séjour. Nous avons dépensé en trois jours de stress la totalité du budget de notre semaine de vacances, les premières leçons de ski de notre fille ont été annulées et airbnb a disrupté nos fêtes de Noël !

Alors évidemment, il y a plus grave dans la vie. Et cette histoire n’est qu’un cas particulier. Nous sommes aussi privilégiés face aux innombrables et croissants problèmes rencontrés chaque jour par les utilisateurs de cette plateforme. J’étais jusqu’à présent non seulement fan d’airbnb et ce depuis les premiers jours de l’ouverture en France, mais aussi un prescripteur du service. Il m’arrive très souvent d’évoquer le modèle airbnb lors de mes prises de paroles en public sur les sujets de la disruption à l’ère de la digitalisation de masse, comme ce fut le cas il y a un mois à la conférence newtourism 2015.

Nous connaissons la mécanique et le modèle d’affaire d’airbnb. La plateforme part du principe, contrairement aux acteurs traditionnels de l’hôtellerie, qu’elle n’a plus besoin d’acquérir des lieux d’hébergement ou encore de les louer, ni même de faire appel à du personnel qualifié pour assurer l’accueil, le service ou prendre la responsabilité des prestations qu’elle vend. Elle utilise massivement le numérique, le web, le mobile pour faciliter la mise en relation de ses clients (hôtes et locataires). Elle capte en permanence des données pour améliorer son offre. Ce faisant, elle minimise radicalement ses coûts d’investissements et ses charges pour se rémunérer en capitalisant sur des actifs qui ne lui appartiennent pas et qu’elle aide à exploiter en ponctionnant une partie de la valeur qu’elle arrive à en tirer. C’est une mécanique qui fait appelle à la puissance de la foule, c’est à dire de la main d’oeuvre qu’elle n’embauche pas et sur laquelle elle ne paie pas de taxe. Bref, airbnb a en effet trouvé une martingale qui fonctionne à merveille, jusqu’à un certain point…

Cette histoire m’a permis de prendre conscience d’une facette du modèle airbnb qui m’avait échappé. Elle constitue probablement une des failles que les principaux concurrents traditionnels du service ont intérêt à massivement exploiter. La faiblesse principale d’airbnb réside dans le fait, contrairement à ce que prétend leur récente campagne de communication ventant l’hospitalité et la responsabilité, qu’il ne peuvent structurellement pas tenir ces deux promesses à leurs clients.

La responsabilité que porte un professionnel à l’égard de sa clientèle ne peut être comparée à celle d’un amateur. En l’occurrence tout le monde ne peut se prétendre hôtelier. C’est un métier normé, avec un sens du service et de l’hospitalité. C’est une responsabilité qu’un amateur ne peut assumer. Un tiers doit le faire à sa place. Et c’est précisément ce qu’airbnb ne fait pas. airbnb pourrait prendre par exemple la responsabilité de qualifier chacun des produits mis en ligne sur sa plateforme et arrêter de considérer que les mauvaises expériences de leurs clients serviront à qualifier leur stock. airbnb pourrait prendre la responsabilité de gérer l’accueil de leurs clients plutôt que de le déléguer à des amateurs non qualifiés. Ils pourraient développer un écosystème de professionnels en charge de l’accueil et du départ des visiteurs dans une location. Enfin airbnb pourrait proposer un écosystème de services locaux qualifiés et assurés par des professionnels pour répondre aux besoins habituels d’un client dans un hôtel : room-service, blanchisserie, conciergerie… Aujourd’hui, au mieux ils nouent des partenariats sans véritablement prendre la responsabilité du service rendu, au pire, ils sont tentés de reproduire leur modèle en proposant par exemple depuis peu des « expériences touristiques » conçues et organisées par leurs hôtes, toujours amateurs

À contrario, les hôteliers traditionnels possèdent expertise et main d’oeuvre. C’est une force contrairement aux apparences. Leur métier, quand ils le font bien, leur permettrait de disrupter à leur tour airbnb sur le terrain de ses propres promesses : accueillir, accompagner, prendre la responsabilité de la prestation qu’ils proposent à leurs clients. Le retard que les hôteliers ont accumulé dans la course à la numérisation les handicape face à la puissance apparente de l’expérience utilisateur d’airbnb. Rattraper ce retard est un préalable évidemment indispensable. En revanche, une fois dotés des outils équivalents à ceux des plateformes en ligne les plus évolués, tout se jouera sur le terrain du service. Imaginez un instant, une fois à égalité sur le plan de l’expérience digitale, que les grandes chaînes hôtelières décident de concurrencer airbnb sur son propre modèle ? Imaginez, qu’en plus de leurs propres chambres, elles proposent, comme airbnb, des appartements ou des maisons louées ponctuellement à proximité immédiate de leurs hôtels, mais en assurant en plus un service de la qualité de celui qu’on attend d’un professionnel (accueil, conciergerie, petit-déjeuner, room-service, blanchisserie, nettoyage quotidien des chambres, animations et expériences professionnelles)… J’imagine que ce type de projets a été évalué par les directions stratégiques des chaînes hôtelières ?

Je ne tirerai qu’une seule leçon de cette histoire. airbnb ne transforme pas véritablement le marché de l’hôtellerie. La plateforme vient plutôt concurrencer les mauvais hôtels ou les agences de location temporaire d’appartements et de maisons. Imaginer le contraire c’est prendre le risque, comme nous l’avons fait cette semaine, de vivre un cauchemar. La technologie, le bigdata, les outils de communication en ligne sont absolument nécessaires aujourd’hui pour répondre à l’enjeu d’un tourisme de masse mais ils ne remplaceront jamais la chaleur et l’hospitalité d’un humain qui vous accueille et prend soin de votre bien-être parce qu’il a fait du sens du service son métier.

Read More

18 Déc [R]ÉVOLUTIONS FRANÇAISES, le documentaire.

[R]ÉVOLUTIONS FRANÇAISES est un film documentaire de 70min d’Alban Fischer et de Matthieu Valluet. Le documentaire est accessible sur Pluzz en Replay. 

Révolutions françaises

Nous vivons une époque charnière entre d’un côté des crises économiques, politiques, environnementales et de l’autre côté des opportunités, impensables il y a encore 10 ans, offertes par des innovations comme la génétique, le transhumanisme ou encore les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Michel Levy-Provençal organise depuis 2009 des conférences un peu spéciales où il met en lumière des personnalités qui innovent, qui expérimentent, qui témoignent. Une fois formés par ses soins ou par ses équipes, ces porteurs d’histoires révolutionnaires prennent la parole face à 2 000 spectateurs. Dans son sillon, nous sommes partis à la rencontre de cinq personnes qui à leur manière participent aux révolutions françaises.

X HUCHETNicolas Huchet a perdu l’usage d’un bras dans un accident du travail en 2002. Il y a deux ans, il découvre l’impression 3D. Depuis, il n’a qu’une idée en tête : développer une prothèse à un prix abordable qui lui permet aujourd’hui de réaliser aussi un vieux rêve, jouer de la batterie.

 

 

X SMIA1Raphaël Smia est un ingénieur polytechnicien au profil particulier. Il est éleveur de mouches. Grâce à elles et à leurs larves, il arrive à transformer des tonnes de déchets organiques en engrais, mais ce n’est pas tout. Ces larves, riches en protéines, pourraient révolutionner notre chaîne alimentaire en remplaçant le soja dont se nourrissent actuellement nos animaux d’élevages.

 

X YMLB2Yves-Marie Le Bourdennec est boucher, il est connu pour ses côtes de boeuf qui font saliver les stars. Ce que l’on sait moins, c’est qu’il révolutionne toute la filière viande, depuis l’élevage jusqu’à l’assiette.

 

 

X BENCHE1Karim Benchenane est docteur en neurosciences et chercheur à l’ESPCI. Il s’intéresse à la manipulation de la mémoire. Il a bousculé le monde de la recherche en parvenant à injecter des souvenirs à des souris.

 

 

X WOLINSKI4Elsa Wolinski est la fille du dessinateur Georges Wolinski, assassiné lors des attentats de Charlie Hebdo. A travers son récit intime des évènements, elle nous invite à ne pas oublier une spécificité française garante de notre vivre ensemble : la laïcité.

Read More

18 Nov Le tourisme en 2030

La France, première destination touristique du monde, doit adapter son offre et ses infrastructures pour bénéficier pleinement de la révolution numérique pour le secteur. D’autant que ce marché est en croissance ininterrompue : il y avait 25 millions de touristes internationaux dans le monde en 1950, environ 1 milliard en 2015, mais 2 milliards sont attendus en 2030 et plus de 4 milliards en 2050. Le coeur de la croissance viendra des pays émergents, Inde, Asie et Afrique en premier lieu.

Plongeons-nous dans ce futur en imaginant le séjour d’une famille indienne en France au début des années 2030, à l’aune des promesses des futurologues. Les vols supersoniques mettront Delhi à quatre heures de Paris. Les robots bagagistes et les voitures autonomes seront devenus la règle. Pour les touristes étrangers, la baie de Somme sera bien préférable à la Côte d’Azur, caniculaire en période estivale. Les vacances seront organisées par un assistant artificiel, sur la base des préférences et aversions de chaque membre du foyer. Le logement sera loué directement auprès d’une famille française – une pratique devenue la norme dans un monde ou Airbnb sera le numéro un mondial de l’hébergement. Pas même besoin de rencontrer les hôtes : un robot-majordome accueillera les visiteurs et planifiera leurs excursions, qui pourront être partagées en direct, via un casque immersif, avec leurs amis restés en Inde.
Evidemment, le futur ne ressemble jamais totalement à ce que l’on a imaginé. Ce début de scénario, s’il reste relativement conservateur au regard des transformations d’usages qui se profilent, pointe aussi un danger réel : dans un monde trop robotisé et automatisé, le tourisme du futur pourrait bien se passer des contacts humains… qui sont pourtant indispensables aux émotions que nous procurent nos voyages. Dans ce domaine comme dans tous, il faudra que la technologie, de plus en plus omniprésente, s’efface sans chercher à remplacer les hommes. C’est encore plus vrai en matière de tourisme : le monde ne sera acceptable et accepté que si nous remettons l’humain au coeur.

Initialement publié dans les Echos.

Read More

31 Oct Disruption ou révolution ? Quelles différences ?

De plus en plus médias, entreprises, pouvoirs publics, société civile parle des « Disruptions » qui transforment notre monde. Mais de quoi parlons nous quand nous évoquons ce phénomène ? Révolution technologique, transformation des usages, modification radicale d’un marché ? Changement perpétuel et circularité ? Innovation radicale ou linéaire ? Est ce un phénomène unique dans l’histoire de l’humanité ?

Voici une intervention de 15 minutes donnée chez 3DS en octobre 2015 qui éclaircit ces notions…

 

Read More

08 Oct Gafa contre Daech

Face à une menace internationale et décentralisée comme Daech, on sait désormais que l’efficacité des armées conventionnelles est relative. Les groupes terroristes utilisent Internet et les services des Gafa (Google, Amazon, Facebook, Apple) comme terrain d’opération et comme plate-forme de recrutement. Par exemple, les algorithmes de Facebook aident des djihadistes à cibler de potentielles recrues, comme le montre parfaitement Anne Erelle dans son témoignage « Dans la peau d’une djihadiste ».
Il est par conséquent cohérent de s’interroger sur le rôle que ces géants du Net pourraient avoir dans la lutte contre le terrorisme international. D’autant que ces mêmes acteurs ont prouvé, en une décennie seulement, qu’ils avaient la capacité de transformer de nombreux secteurs : infrastructures, culture, communication, marketing et, plus récemment, santé, transports, éducation… Pourquoi pas celui de la sécurité intérieure, voire extérieure ? Dotés de technologies de pointe, les Gafa ne seraient-ils pas la meilleure arme contre une menace comme Daech ? Cela leur permettrait de poursuivre leur mission de transformation du monde, et, évidemment, de préempter le marché de la cybersécurité, en disruptant l’ancien modèle des armées étatiques.
Un tel scénario est il réaliste ? D’après Guy-Philippe Goldstein (consultant expert en cybersécurité, auteur de « Babel Minute Zéro », Gallimard), c’est le risque d’une dégradation de leur image qui freine les Gafa aujourd’hui. En revanche, les start-up qui s’emparent du sujet fleurissent, à l’instar de l’américain Palantir, dont le but est d’analyser de grandes quantités de données pour « aider les institutions à protéger la liberté », ou de l’israélien Satellogic, qui a pour ambition de déployer un réseau de nanosatellites civils, dont l’efficacité est comparable à celle des meilleurs dispositifs militaires.
Tout indique que, dans les prochaines années, de nombreuses entreprises « disrupteront » le modèle militaire traditionnel en facilitant l’accès à des outils de surveillance, d’analyse, de propagande et d’action, basés sur le Big Data, l’intelligence artificielle, la robotique, les drones, les nanotechnologies et les biotechnologies.

Read More

08 Sep Deux visions du futur

Prédire l’avenir et décrire le monde dans lequel nous vivrons d’ici vingt à trente ans est un exercice périlleux. Parmi les oracles qui se livrent à cet exercice, figurent de grands optimistes comme Peter Diamandis ou Ray Kurzweil, tous deux fondateurs de la Singularity University. Ils sont convaincus de notre capacité à bâtir une société de l’abondance au cœur de laquelle une humanité de plus en plus gourmande en énergie, eau, nourriture, territoire, viendrait combler ses besoins grâce à la révolution technologique en cours. Pour ces radicaux optimistes, la conquête spatiale, l’intelligence artificielle, la robotique, les nanotechnologies, les biotechnologies, la convergence entre sciences de l’information et sciences cognitives seraient autant de moyens qui permettraient d’éradiquer pauvreté, pollution, maladie, etc.

A l’opposé, certains pessimistes voient notre futur sous un jour beaucoup plus sombre. C’est le cas de Michel Houellebecq dans son dernier ouvrage, « Soumission », ou de Boualem Sansal dans le très brûlant « 2084, la fin du monde ». Dans leurs anticipations romancées, notre société disloquée réagirait à la modernité en donnant naissance à de nouveaux systèmes totalitaires instaurés par le fanatisme religieux.

Ces deux approches – optimisme technologique ou pessimisme politique -, compatibles entre elles, sont deux visions du monde à la racine du probable clivage politique majeur du siècle.
Face aux révolutions techniques, sociales et politiques latentes, il est urgent de créer des temps et des espaces de formation, de débat et d’expérimentation consacrés au sens que l’on veut donner à notre nouveau monde. Intellectuels, hommes de foi, scientifiques, artistes, politiques, citoyens, entreprises, en somme toutes les composantes de nos sociétés devraient y être invités pour remettre l’Homme au cœur de la discussion. Car si la machine s’emballe et si la transition brutale que nous allons vivre accentue davantage les inégalités, l’affrontement entre le positivisme scientiste des uns et le fanatisme destructeur des autres sera inévitable et dévastateur.

Read More

16 Juin Un héros des mégadonnées

Le Big Data (ou mégadonnées, en français)  est la denrée la plus abondante de notre époque. A l’heure où 3 milliards d’individus sont connectés à Internet, où plus de 2 milliards possèdent des smartphones et ont un compte sur des réseaux sociaux, les données croissantes que génèrent leurs activités sont une manne, exploitée par une poignée d’entreprises qui ont pris une avance certaine dans le secteur. Mais pour valoriser ces données, il faut arriver à les capter, les stocker, les traiter, les analyser, les visualiser et en extraire des connaissances. Seuls des algorithmes sont en mesure d’effectuer ces tâches et plus la production de données croît, plus l’enjeu réside dans la capacité d’analyse massive et en temps réel. Ainsi, Uber, emblématique de la révolution actuelle, collecte en permanence des informations sur chaque passager, chaque requête, chaque trajet, et les utilise pour prédire à l’avance les pics d’activités, dans le temps et l’espace, afin d’optimiser le travail de ses chauffeurs.

Un jeune génie français, Paul Duan, a, lui, choisi de mettre ses compétences de « data scientist » au service de l’intérêt général. Originaire de Trappes, il a obtenu un diplôme de Sciences po Paris avant d’entamer des études de mathématiques et d’atterrir dans la Silicon Valley, chez Eventbrite, une entreprise spécialisée dans la vente en ligne de billets. Agé de vingt-deux ans, il a choisi d’utiliser les même méthodes qu’Uber, Google ou Facebook pour améliorer les décisions de justice, faire baisser le chômage, optimiser les traitements de santé ou tout simplement sauver des vies. Il utilise les algorithmes pour optimiser l’allocation des ambulances à San Francisco ou permettre à des millions de patients d’éviter une rechute en utilisant les données de leur dossier médical. Paul a créé Bayes Impact , une organisation à but non lucratif dont le but est de mettre la puissance des mégadonnées au service du bien commun, et qui travaille avec des gouvernements ou des ONG du monde entier. Il est des génies qui utilisent leurs talents pour bâtir des empires. Il en est d’autres qui le mettent au service de notre futur commun. Eux sont tout simplement des héros.

Paul Duan est intervenu le 6 juin 2015, à L’ÉCHAPPÉE VOLÉE. Retrouvez son talk en exclusivité sur France Inter.

Read More

24 Mai Les bienfaits inattendus de l’Apple Watch… 

Comme plusieurs millions d’early adopters sur la planète, je cédais, le 10 avril dernier, à la tentation de commander une Apple Watch ! Un mois plus tard elle m’était livrée. Une belle boite blanche, cachant un de ces bijoux éphémères que seule la firme à la pomme sait créer. Le premier contact avec l’objet est agréable. De très belle facture, la promesse est au rendez-vous. Après une journée d’expérimentation, la magie opère : la montre est jolie, étonnamment ergonomique, réactive et surtout d’une autonomie largement à la hauteur de mes attentes (je finis les journées avec 40% de batterie). La surprise dépassée (la surprise qu’on se fait et celle qu’on fait aux autres), arrive le moment de vérité. A quoi sert ce nouvel écran ? La réponse est simple : (aujourd’hui) à rien !

L’interface est beaucoup trop petite pour être lisible, l’offre applicative quasi inexistante, les fonctionnalités proposées sont sans grand intérêt et passée la fierté puérile, pour ne pas dire débile, de porter un objet encore rare, rien ne me pousse à conserver au poignet ce gadget acheté le prix de 1000 paniers repas aux Restos du Coeur !

S’il n’y avait qu’un bénéfice secondaire à tirer de cette expérience, ce serait la prise de conscience de mon addiction dure aux réseaux sociaux. Laissez-moi vous expliquer comment la Watch m’a fait littéralement toucher du doigt cette dépendance. Ceux qui auront expérimenté l’usage d’une montre connectée, ne serait-ce que quelques jours, vous diront tous que l’objet est une extension de votre smartphone : celui-ci reste dans votre poche et la montre, elle, vous permet de consulter vos alertes à une fréquence encore plus importante que d’habitude. Or, il s’avère qu’à ce jour la Watch ne propose pas d’application dédiée pour accéder à Facebook et que Twitter n’est disponible que dans une version très rudimentaire et totalement inefficace. Par conséquent, les seules alertes auxquelles j’ai accès avec la Watch sont mes emails, SMS et appels téléphoniques. Vous me direz, c’est déjà trop ! Et pourtant, après une semaine d’usage intensif, le manque que j’ai ressenti le plus fort a été était du à l’impossibilité d’accéder aux notifications Facebook et Twitter. En moyenne, tous les quarts d’heure, je jetais mécaniquement un oeil à la montre, prenant conscience de l’absence de notification sociale, me rabattant sur mes mails, et dégainant finalement mon iPhone pour littéralement prendre ma dose de dopamine….

Car j’ai bel et bien découvert que je suis dépendant à la dopamine, comme la plupart d’entre vous qui me lisez aujourd’hui depuis un post Facebook ou Twitter ; une dépendance équivalente à celle que ressentent les fumeurs, quand, mécaniquement ils cherchent au fond de leur poche le paquet de clopes qui va leur fournir un pic nicotinique. Le lien entre dépendance à la nicotine et celui à la dopamine a été largement étudié par le passé et les études sur le mécanisme de dépendance développé par Facebook apparaissent dans les revues scientifiques depuis quelques temps.

Alors que faire ? Et bien, j’ai tout simplement commencé par renvoyer cette satanée montre à son créateur. Elle part demain en remboursement chez Apple. Ensuite, j’ai pris soin de désinstaller Twitter et Facebook de mon Iphone. Et je peux vous assurer que le sevrage n’est pas simple du tout. Je continue, tous les quarts d’heure environ, à prendre conscience du manque lié à l’affichage de la « pastille rouge », synonyme de notification et pic de dopamine. Je me suis même surpris, le temps d’une demi heure, à réinstaller ces maudites apps, pour jeter un oeil aux réactions, suite à un passage dans une émission de radio ce week-end… Je continue à tenter la désintox par petites touches. Evidemment l’idée n’est pas de me déconnecter totalement du réseau, j’en ai « professionnellement besoin » (vous noterez l’analogie avec l’alcoolique tenancier de bar), mais plutôt de tenter de contrôler les effets de cette mauvaise habitude sur mon comportement, mon humeur… ma santé. On en reparlera dans quelques semaines. Quoi qu’il en soit, si l’Apple Watch a un intérêt, vous l’aurez compris, il réside surtout dans son inutilité !

Read More

05 Mai Une réalité pas si virtuelle

Article publié dans les Echos le 5 mai 2015.

Saviez-vous que la réalité virtuelle était un terme inventé par un écrivain français, Antonin Artaud, dans « Le Théâtre et son double » en 1935 ? Artaud la définissait déjà comme un dispositif permettant de représenter le monde de façon réaliste, immersive en temps réel et en trois dimensions. Après de nombreux travaux de recherche autour des années 1990, le concept est ressorti des limbes grâce à Palmer Luckey, inventeur des lunettes Oculus Rift , vendues à Facebook 2 milliards de dollars en 2014. Depuis, le secteur a vu l’arrivée d’acteurs solides tels que Samsung, Sony ou HTC. Le cabinet Business Intelligence estime que 26 millions de dispositifs de réalité virtuelle seront vendus dans le monde pour la seule année 2020.

La France fait preuve d’un savoir-faire et d’un dynamisme particuliers dans ce domaine. La semaine passée, la start-up savoyarde Kolor , spécialisée dans les logiciels pour la création de vidéos immersives, a été rachetée par l’américain GoPro. VideoStitch et Homido, deux autres sociétés françaises spécialisées dans les solutions de vidéo à 360 degrés et de réalité virtuelle pourraient être les prochaines pépites…

Ces nouveaux outils offrent des possibilités encore inexplorées par les auteurs de jeux vidéo ou de contenus originaux. De plus en plus de cinéastes s’intéressent à cette technologie, qui repousse les limites de la création visuelle en faisant vivre une vraie immersion au spectateur. Déjà, France Télévisions et Arte soutiennent la création en réalité virtuelle avec l’Office national du film du Canada. Certaines oeuvres commencent à concourir dans les festivals comme celui de Tribeca (New York), SXSW (Texas) ou Sundance (Utah). Le projet « The Enemy » , de Karim Ben Khelifa, présenté à New York mi-avril, proposait aux spectateurs d’être immergés entre combattants palestiniens et israéliens.

D’ici à 2020, la croissance exponentielle de ces technologies nous permettra de posséder des lunettes dont la résolution atteindra celle de l’oeil humain. Que se passera-t-il alors quand nos sens, a minima la vue et l’ouïe, ne feront plus la différence entre la réalité et une vidéo immersive et en trois dimensions ? La réalité virtuelle n’aura alors jamais été aussi réelle…

Pour suivre l’actualité de la VR et de la création dans le domaine, je vous invite à suivre le flux Medium de Frederic Guarino, excellente source d’inspiration sur le sujet.

Read More
wordpress visitor counter